Le stress des journalistes

Publié le par Laure.

A force de faire des papiers sur le stress, je me demande quel est le niveau de stress chez nous, les journalistes. Il y a quelques années, les rédactions ressemblaient à de vastes fumoirs. Café et cigarette, telle est la drogue du journaleux. Maintenant c’est passé de mode, enfin la cigarette du moins.
Quelques affaires de morts de blogueurs aux Etats-Unis ont mis en valeur la difficulté d’exercer un métier particulier : celui de veilleur de l’information, paniqué à l’idée de ne plus être à la page, obligé de suivre sur son portable les dépêches qui tombent, angoissé pour écrire la première phrase de son enquête ou de sa brève, inquiet des réactions de ses lecteurs. Un drogué de l’info, un overdosé de l’actualité, un maniaque de la remise à jour. On parle de qui là : des blogueurs ou des journalistes ?
Alors je lance l’idée à une société d’études : quel est le niveau de stress dans les métiers de la presse ? Les résultats pourraient nous faire peur.
Décidément vive l’indépendance ! On évite au moins le stress hiérarchique, celui de l’open space, celui des heures de pointe et celui d’être bloqué en réunion à l’autre bout de la ville alors que le petit dernier fait un pic de fièvre à l’école.



Laure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ANDRE 06/05/2011 19:42



La nouvelle médecine des émotions


Prendre soin de notre corps est naturel .En nous libérant des tensions et du stress quotidien , les Juvecaments prennent soin de notre Esprit.