Le prix de l'indépendance?

Publié le par Pierre

L'indépendance c'est beau, ça paye pas beaucoup mais le journaliste pigiste est libre de toute pression hiérarchique, libre de faire ses enquètes sans entraves, seul pilote à bord.
A un petit détail près : quand vous vous dénoncez les abus d'un lobbie ou d'une multinationale, l'arme suprême est de vous attaquer au portefeuille. Le pigiste n'a pas les reins solides, et bénéficie rarement des avocats d'un groupe de presse. Plusieurs journalistes "franc tireurs" chevronnés en ont vécu l'amère expérience, un Japonais et un Français (Denis Robert, condammné à 12 500 euros pour une interview pas franchement diffamante datant de plus de deux ans )... La prise de risque est réelle et pourtant nécessaire dans ce métier.

Pierre

Commenter cet article