Une Commission de la carte de presse : à quoi bon ?

Publié le par Yann / La Rédac Nomade

Je viens de recevoir les listes des syndicats se présentant aux élections de la Commission de la carte de presse. Des syndicats qui dans leur grande majorité avaient participé à cette mascarade des Etats généraux de la presse lancés par Nicolas Sarkozy. Que proposent-ils aujourd’hui ? Rien de plus que ce qu’ils proposaient hier : la défense de la Commission de la carte. Super !

Personnellement, je n’ai jamais compris à quoi servait cette carte. Il n’est même pas nécessaire d’être encarté pour bénéficier de la réduction d’impôts. Alors, une carte pour quoi faire ? Pour entrer gratos dans les musées nationaux ? Et en quoi cette Commission qui applique des critères discriminatoires à l’égard des pigistes serait-elle « un acquis majeur à préserver » ?

Pour l’ensemble de ces syndicats, le pigiste reste un précaire, rien de plus, même si les professions de foi soulignent qu’il est aussi un « journaliste à part entière ». Heureux de le lire. Mais imaginer que la pige puisse être un choix de vie est inimaginable pour ces syndicats qui ne s’intéressent à ces indépendants que pour les intégrer. Les pigistes embarassent les syndicats, car ils leur échappent. Il ne s’agit donc pas pour eux d’en faire de vrais indépendants, mais des « intégrés » (désintégrés) comme les autres. Ainsi, assiste-t-on à des réunions pigistes surréalistes dans ces syndicats avec de savantes discussions autour de la revendication de tickets restaurants par exemple. Evidemment une priorité pour le pigiste qui peine quelquefois à se faire simplement payer ! 
Car dans ces syndicats, on ne s’intéresse qu’au pigiste qui travaille de façon très régulière pour un ou deux supports, jamais pour celui, infidèle, qui préfère virevolter à droite et à gauche.

Que font ces syndicats depuis des années pour la profession elle-même ? Les pigistes sont-ils mieux payés ? N’y a-t-il pas toujours autant d’écoles de journalisme « pompes à fric », comme l’ESJ Paris par exemple que j’ai eu le malheur de connaître et qui proposait de faire payer même le passage des examens (à des prix exhorbitants) en plus des frais de scolarité ?

Dans le contexte actuel, on aurait pu s’attendre aussi à un discours un peu plus offensif, plus politique. Non, les syndicats restent d’un corporatisme et d’un apolitisme désolant. Serait-ce l’effet de ce mythe abêtissant de l’objectivité journalistique ?

Je n’ai pour l’heure trouvé aucune raison de participer à ces élections, mais si vous souhaitez me convaincre…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fred+the+Mole 04/05/2009 13:00

SNJ : carte 2009à lire, écouter et voir

Sabine / Rédac nomade 28/04/2009 15:18

Encartée pendant mes deux premières années d’exercice, j’ai dû défendre ma cause devant la Commission de la carte les deux années suivantes sans y parvenir… J’ai été frappée par le manque de répondant et de questionnement de mes interlocuteurs face à la réalité et aux enjeux auxquels j’étais confrontée sur le terrain. Naïvement, je croyais que c’était la façon de travailler, la rigueur, le respect de la déontologie et la capacité de « parler » au  lecteur qui faisait le journaliste et non le support. J’ai travaillé huit ans sans carte (sans problèmes au niveau des impôts) me sentant 100% journaliste… Jusqu’à cette année où je l'ai demandée et obtenue, éprouvant le besoin, non pas de rentrer dans le rang, mais de faire acte d’existence officielle, face aux dangers, dont parlent aussi bien Yann que Fred, qui menacent notre profession. C’est symbolique, mais c’est un pied dans la bataille. Pour dire aussi que cela ne changera pas ma façon de travailler et que c’est la pratique intime de mon métier qui fait que je suis journaliste et non le support, une carte ou une commission.

Fred 28/04/2009 08:09

Vous ne vous questionnez pas.Vous affirmez que tout cela ne sert à rien.C'est inquiétant pour quelqu'un qui se prétend journaliste de ne pas faire la différence. Surtout que dans votre texte, vous mélangez tout et n'importe quoi. Ce qui dénote une méconnaissance totale du sujet que vous survolez. Je vais vous laisser à vos questionnement qui n'en sont pas.Fred

Fred 28/04/2009 00:25

Juste pour terminerSi vous avez reçu les documents pour les élections, c'est que vous avez demandé la carte pour 2009 à cette commission que vous aimez tant. Mettez donc vos idées en accord avec vos actes et cessez d'être velléitaire.Fred 

Yann / La Rédac Nomade 28/04/2009 00:34


c'est ce que j'ai écrit oui. Et meme, je ne suis plus "stagiaire" ce qui signifie que ma rédac a fait au moins 3 demandes. je n'ai rien contre cette carte, je demandais juste à quoi elle
servait et vous n'avez pas su répondre.


Fred 27/04/2009 23:28

Rien n'est signé chez vous ?Vous faites fausse route, parce que vous tirez d'une expérience qui vous est personnelle des généralités. Ce n'est pas une position que vous avez, c'est une posture. Mais continuez à visiter votre centre des impôts, ça leur fait de la distraction ... Vous parlez des journalistes en disant "ils", c'est clair que ne savez pas où vous en êtes avec votre métier. J'en suis désolé pour vous.Bon courageFred 

Yann / La Rédac Nomade 28/04/2009 00:26



forcément si on a un regard un peu critique sur sa profession, on ne peut etre que paumé. ne soyez pas désolé et continuez à ronronner. Vous n'aimez pas mes idées, moi je n'aime pas votre ton.
les signatures sont en bas des articles.